Le 31, tous à Paris pour le retrait de la loi travail !

mardi 29 mars 2016
par  FSU
popularité : 0%

Projet de loi travail : la jeunesse et les salariés répondent « Retrait » !

Dans les manifestations d’ampleur des 9, 17 et 24 Mars, la jeunesse a répondu non au projet de loi travail à travers ses slogans comme « Dans la rue maintenant pour ne pas y être dans 30 ans » ou « On vaut mieux que ça ! » ou encore « On ne veut pas perdre notre vie à la gagner ».

C’est une évidence ! Augmenter le temps de travail, la flexibilité, la précarité, faciliter les licenciements ne permettra pas la création d’emplois. Avec le pacte de responsabilité, 50 milliards ont été distribués aux entreprises et le chômage s’est accru. Cette loi n’a pas d’autres buts que l’accentuation des profits pour les employeurs et les actionnaires au détriment de la population. Ce projet de loi, c’est la généralisation de la précarité pour tous de la sortie de l’école, jusqu’à la retraite.

Ce texte de loi libéral, souhaité par le MEDEF et présenté par le gouvernement, va continuer à diminuer les droits des salarié-e-s et à accroître la précarité avec par exemple :

- Un allongement du temps de travail à 46 heures en moyenne par semaine pendant 12 semaines, un maximum hebdomadaire à 48 heures pouvant aller jusqu’à 60 h par semaine et un temps de repos de 11 heures pouvant être fractionné,
- Des accords d’entreprise permettant d’allonger le temps de travail pour le même salaire ou de geler les salaires,
- Des licenciements facilités à la moindre baisse d’activité de l’entreprise, et même dans le cas d’une multinationale qui réalise des bénéfices (sous le contrôle d’un juge qui en pratique n’aura aucun moyen de le vérifier)
- La majoration des heures supplémentaires à 10 % au lieu de 25 %,
- La remise en cause des syndicats à travers un referendum d’entreprise sous pression de l’employeur,
- Une allocation de 450 euros par mois pour la jeunesse qui ne permettra pas de subsister,
- Un contrat de professionnalisation qui ne sera plus forcément qualifiant et sans correspondance dans les conventions collectives, donc sans la garantie d’un salaire minimum en fonction du diplôme.

Face au chômage et à la précarité auxquels sont confrontés les salarié-e-s, les femmes et les jeunes en particulier, l’urgence est à la conquête de nouveaux droits.
Tous ensemble, jeune, parents, salariés, chômeurs, retraités mobilisons-nous dans l’action pour bloquer ce projet de loi jusqu’à son retrait.

Tous en grève et à la manifestation du 31 mars pour obtenir le retrait de ce projet de loi.


Commentaires

Annonces

Page Facebook de la FSU78